Connaissances spécialisées

Centre national de référence pour les maladies humaines à prions (NRPE)

En Suisse, le Centre national de référence pour les maladies humaines à prions (NRPE) est chargé de la surveillance des encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST), en collaboration avec les représentants des sociétés suisses de psychiatrie, de neurologie et de neuropathologie et l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).
 
Entre 1996 et 2012 (à la date du 28 juin), on a compté 227 cas avérés de la variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (vMCJ) dans les pays suivants : Royaume-Uni, France, Espagne, Irlande, Pays-Bas, Etats-Unis, Italie, Portugal, Canada, Japon, Taiwan et Arabie saoudite. Plusieurs travaux expérimentaux et épidémiologiques viennent corroborer le lien de causalité entre l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) et la vMCJ. Etant donné que la Suisse a été exposée à l'ESB de façon significative, il faut s'attendre à ce que des cas isolés de la vMCJ se déclarent en Suisse également. Comme des études au Royaume-Uni ont pu montrer que dans au moins quatre cas la transmission de la vMCJ a eu lieu lors d'une transfusion sanguine, la surveillance la plus complète possible de la vMCJ est indispensable.
 
Une telle surveillance implique un recensement complet de tous les cas de maladies à prions humaines. Elle est également nécessaire à des fins d'évaluation des risques, puisque des cas de transmission de la MCJ sporadique par des transplants ou des extraits tissulaires ou par du matériel chirurgical ont été reportés.
Une classification de l'infectiosité des prions des tissus humains et des fluides corporels a été créé par l'OMS et est ici disponible en Anglais.
 
En étroite collaboration avec l'OFSP, le NRPE rassemble pour la Suisse les données épidémiologiques relatives à toutes les formes de maladies à prions humaines et les transmet au réseau européen de surveillance (EuroCJD) du Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies (http://www.eurocjd.ed.ac.uk). La situation épidémiologique actuelle des maladies à prions en Europe et dans d'autres pays figure sur le site Web du centre.
 
Le NRPE a créé une offre de diagnostic pour les cas suspects. Il possède plusieurs dizaines d'années d'expérience dans le diagnostic et la recherche en la matière.

Nos projets de recherche sont détaillés ici.

Nous espérons que ces informations vous permettront de vous familiariser avec les missions du NRPE. Le recensement le plus complet possible des cas de MCJ en Suisse est complexe et demande beaucoup d'investissement. Nous nous réjouissons d'avoir pu bénéficier d'une collaboration jusqu'ici fructueuse et espérons qu'elle se poursuivra et se développera, pour nous permettre de gérer cette problématique de façon optimale. Le NRPE reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire et pour l'envoi de documents scientifiques concernant le domaine.

 

Diagnostic

Diagnostic des maladies à prions

Examen du liquide céphalorachidien
L'Institut de neuropathologie propose des examens diagnostiques pour détecter la protéine 14-3-3 dans le liquide céphalorachidien. Cet examen est recommandé en cas de suspicion clinique de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ). Les échantillons de liquide céphalorachidien envoyés sont examinés au moyen d'un test western-blot. Ces examens sont menés dans notre laboratoire de niveau de sécurité biologique 3.

Examen histologique 
(études de tissus post-mortem, éventuellement biopsie du cerveau)
En plus des colorations habituellement pratiquées en neuropathologie, on effectue un examen immunohistochimique en utilisant des anticorps dirigés contre le prion responsable de la maladie dans le tissu cérébral. Cet examen est réalisé en cas de suspicion de la maladie de Creutzfeld-Jakob (MCJ), du syndrome de Gerstmann-Sträussler-Scheinker, de l'insomnie fatale familiale (IFF) ou sporadique (IFS), ou de maladies à prions ou démence atypiques qui nécessitent un prétraitement spécial des coupes, l'utilisation d'anticorps efficaces et de l'expérience dans l'évaluation. Chaque échantillon analysé donne lieu à une évaluation complète, qui est envoyée à l'expéditeur.

Examens biochimiques (études de tissus post-mortem, éventuellement biopsie du cerveau)
Des techniques biochimiques (immunoblot, SDS-PAGE) permettent d'identifier le type de prion responsable de la maladie (PrP-res) dans le tissu cérébral. Cela constitue un test de confirmation du diagnostic important et nécessaire au classement précis des différents sous-types de maladies à prions humaines. Le résultat est évalué et transmis à l'expéditeur.
GlycotypeTriPlot

Analyse du gène de la protéine prion
En étroite collaboration avec le Pr Dieter Zimmermann, le NRPE réalise des analyses moléculaires du gène de la protéine prion (PRNP), sur demande de l'expéditeur. Cette analyse se révèle très importante si une forme héréditaire de maladie à prions est suspectée.



Matériel à conserver (études de tissus post-mortem)
Ces analyses histologiques nécessitent un cerveau conservé dans le formol ou des tissus cérébraux inclus en paraffine issus de différentes régions du cerveau, de préférence des zones indiquées dans leguide de prélèvement d'échantillons du NRPE. Il est aussi utile de prélever des tissus ou des organes périphériques, comme des muscles, des ganglions lymphatiques, les amygdales palatines, la rate ou des nerfs périphériques (par exemple, le nerf sciatique ou le nerf fémoral) et du sang périphérique, conformément au guide de prélèvement d'échantillons. Pour les analyses biochimiques, il faut fournir des tissus cérébraux congelés (de préférence, congélation à l'azote liquide et conservation à une température de -80°C), issus de différentes régions et avec des organes périphériques, comme indiqué dans la liste de prélèvement.

Consignes de sécurité
Bien que les analyses menées jusqu'ici aient montré que le cerveau et la moelle épinière présentent l'infectiosité la plus élevée, l'ouverture de la poitrine ou de la cavité abdominale présente également un risque pour le personnel. Pour des raisons de sécurité biologique, la dissection de la poitrine et de la cavité abdominale doit se faire conformément aux instructions suivantes: Instructions spéciales.
CJD autopsy (PDF)


Adresse
Hôpital universitaire de Zurich
Institut de neuropathologie
Centre national de référence pour les prionoses humaines
Schmelzbergstrasse 12
8091 Zurich

Informations et admissions
Secrétariat de neuropathologie
Tél. +41 44 255 21 07
Fax +41 44 255 44 02

Personne à contacter
Pr Adriano Aguzzi, MD PhD hc FRCP FRCPath
Tél. +41 44 255 28 69
Fax +41 44 255 44 02
adriano.aguzzi@usz.ch

Autopsie

Autopsie et diagnostic

Pour mieux établir les diagnostics et surveiller les EST, il est indispensable que tous les médecins et toutes les cliniques de Suisse concernés collaborent activement. Les charges que cela implique au niveau organisationnel ne sont cependant pas négligeables, et les cantons doivent supporter les coûts (c'est pourquoi l'accord des médecins cantonaux est nécessaire).

En cas de suspicion d'une maladie à prions humaine, l'autopsie peut s'organiser selon les modalités de diagnostic suivantes de la MCJ.

Transport à Zurich du corps du défunt
Cette option est recommandée et doit être privilégiée, car le NRPE dispose d'un laboratoire de sécurité biologique (niveau 3). Elle permet une autopsie complète et une utilisation optimale du matériel. Toutefois, dans le cas d'un transport intercantonal du corps du défunt, il faut informer le médecin cantonal concerné sur la prise en charge des coûts.
Instructions spéciales (PDF)

Envoi des organes et des tissus
Le NRPE invite tous les instituts d'histopathologie qui souhaitent pratiquer une autopsie intra muros en cas de suspicion d'EST à conserver, si possible, les régions du cerveau et les autres organes mentionnés dans le guide de prélèvement d'échantillons du NRPE et de les envoyer à Zurich après congélation, fixation et traitement dans l'acide formique (instructions spécialesPDF). Il est aussi très important de joindre toute la documentation disponible sur le patient ou le case registration sheet dûment rempli. Lors de l'envoi, il faut respecter strictement les instructions d'emballage et les directives de l'Union postale universelle en matière de transport de matériel biologique dangereux.
Les récipients Air Sea Biopack peuvent être utilisés pour l'emballage:

Air Sea Containers Ltd
318 New Chester Road
Birkenhead
L42 1LE, UK
Tél. +44 151 645 06 36
Fax +44 151 644 92 68


Sur place
Dans des cas exceptionnels et après un accord spécial, le NRPE peut pratiquer sur place une autopsie scientifique, en cas de suspicion de la MCJ, de la vMCJ, du syndrome de Gerstmann-Sträussler-Scheinker ou d'IFF. Le NRPE a rédigé des lignes directrices en la matière, téléchargeables sous le lien suivant: CJD_autopsy_guidelines (PDF). Pour des questions de sécurité biologique, il convient néanmoins de pratiquer la dissection au laboratoire de Zurich. Veuillez contacter le plus tôt possible la personne responsable à Zurich.
Tél. +41 44 255 21 07

Case registration sheet (PDF)

Resultats

Utilisation des résultats d'analyses pour la recherche scientifique

La pathogenèse des maladies à prions humaines n'est pas encore parfaitement élucidée. C'est pourquoi des analyses scientifiques sont essentielles. Le NRPE s'investit dans les questions scientifiques liées à la pathogenèse de la MCJ.

Dans le cadre des activités de diagnostic, le NRPE collabore de façon fructueuse et sur un pied d'égalité avec les cliniques et les pathologistes qui lui envoient des échantillons. C'est pourquoi il ne publie les résultats scientifiques qu'après avoir consulté les institutions concernées et avec leur participation. Il espère ainsi valoriser l'énorme travail organisationnel qui résulte de la collaboration avec ces institutions.